Je suis brièvement intervenu ce matin sur BFM pour parler de philosophie en entreprise et, plus particulièrement, de philosophie en entreprise de robotique. Comme le reconnaît Stéphane Soumier lui-même, le temps médiatique est peu propice à l’exploration du fond des sujets évoqués, mais croire en une démarche, c’est aussi chercher à la diffuser ! La philosophie en entreprise a un pouvoir transformateur. La structuration tant opérationnelle que déontologique de ce débouché naissant doit être pensée en commun avec ses acteurs. On a du boulot 😉

 

Pour aller plus loin sur le sujet, lire ou relire cette enquête publiée sur La Pause Philo.

Précision d’ordre institutionnelle sur mon cas, puisque cela est évoqué (trop) rapidement dans la vidéo : je suis salarié de Spoon en tant que doctorant CIFRE du laboratoire Costech de l’UTC. Je suis donc payé par l’entreprise, qui est elle-même subventionnée par l’État (mesures fiscales d’incitation au développement de la Recherche), pour réaliser ma thèse sur la base d’un partenariat tripartite doctorant-laboratoire-entreprise (tous trois convergents autour de l’intérêt pour le sujet de la thèse). Le travail de recherche y est bien sûr libre et n’a pour limite que le respect des accords de confidentialité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *